Photo 825600Monsieur Jérémy TISSOT
Jerem,

Je peine à trouver les mots pour exprimer la douleur de ton départ. Notre amitié, née dans la même classe au lycée, a été une source inestimable de joie et de soutien. Tu étais mon binôme ; j’ai tellement d’anecdote que seul toi pourrais comprendre!
Les souvenirs de nos fous rires, de nos moments de complicité et de nos défis partagés resteront gravés à jamais dans mon cœur. Repose en paix, mon ami. Tu me manqueras terriblement.

Brice
Photo 826003Madame Véronique DETOEUF
Coucou maman c’est ta fille Cara je t’aime de tout mon cœur tu me manque énormément j’aimerai bien rigoler jouer te parler me confier tout sa me manque tu étais et tu restera mon pilier dans toute ma vie t la meilleure des maman je t’aime fait attention à toi la haut ❤️❤️
Photo 825777Madame Marie - Pierre JALADY born EYMAR
Poème Amérindien

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Laissez-moi partir
Car j'ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m'avez apporté !
Je vous remercie pour l'amour que chacun m'a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seule.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et la vie continue !
Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je sera là,
Et si vous écoutez votre cœur, vous sentirez clairement
La douceur de l'amour que j'apporterai !
Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d'automne,
Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l'étoile qui brille dans la nuit !
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas morte.
Photo 825310Monsieur Philippe HONNERT
Salut l ami! Tu etais un "homme des bois" au grand coeur, de convictions et fidele en amitié ! merci pour tout ce que tu nous as apporté ! Repose en paix et libre, les espaces immenses du monde de paix te sont ouverts !
Sincères condoléances aux tiens.
Photo 825414Madame Elisabeth CUVILLIER
Chère babeth, chère famille
Mon cœur accompagne le vôtre dans cette terrible épreuve. Mes prières vous sont dédiées. Soyez unis, soyez sûrs que les âmes se retrouvent toujours
Photo 824827Monsieur André FOURNIER
A - Avec ton air rieur
        N - Nul ne pourra t'oublier.
        D - Dans tous nos coeurs,
        R - Restera ton visage à jamais,
        E - Et que ton âme repose en Paix !
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Seu Jean era unanimidade. Impossível pensar alguém que tenha conhecido ele e não tenha se encantado. O que uma pessoa pode querer mais da vida do que viver quase 100 anos e deixar um legado desses né??? Só deixou lindas memórias e com certeza está levando dessa vida lindos momentos. Constituiu uma linda família e fez muitos amigos. Parabéns ao Seu Jean, viveu como se deve ser vivido. Que sigamos o seu exemplo 👏🏼👏🏼👏🏼
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Oi Claire, mes sentiments pour papi Jean. Comme tout le monde a rapppelé dans les messages du groupe de la famille, il a eu une belle vie et laisse des beaux souvenirs pour nous tous. En ce moment Vô Bilau doit etre en train de preparer une capirinha et une dose de wisky, pour l’accueillir et pour qu’ils reprennent les discussions à propos du Sitio 🥰
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Resta- nos a Fortuna de termos conhecido e convivido tantos anos, com uma Pessoa que nos deixou uma " linda imagem"... Algo como Alguém que deve nos servir de modelo .É difícil para todos imaginar a Família sem Ele. Que Deus o receba bem...Todos sentimos o.mesmo.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Monsieur Perréard était pour moi le père que j'aurais aimé avoir, toujours disponible et très accueillant, il s'intéressait à tout.
J'ai un excellent souvenir d'avoir été avec lui et Sophie à la fête de l'huma, il était déjà très âgé et j'étais étonnée qu'il soit encore intéressé par ce genre de manifestation.
Tous les hivers il partait au Brésil et cela me faisait rêver qu'un homme de son âge ose encore partir tous les ans passer l'hiver là bas. C'est quelqu'un dont je n'étais pas vraiment proche mais que j'admirais sincèrement.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Je suis au patchwork à Perros-Guirec mais ma pensée et mon coeur sont avec vous.
Des photos passent dans ma tête avec des moments passés avec Marie et Jean.
Je vous embrasse avec toute mon affection.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Coucou Claire François nous a informé du décès de Jean. C'est une triste nouvelle, bien qu'assez raisonnable compte tenu de son grand âge. Il aura survécu dix ans à sa sœurette et c'est un belle réussite sur ce point. C'est un soulagement de le savoir parti calmement et sans souffrance. Je vous présente, avec Brigitte, nos condoléances en vous souhaitant courage pour assumer cette perte. Jean restera pour moi le tonton le plus gentil quand j'étais gamin, que j'aimais retrouver les dimanches à la campagne en forêt, à Frépillon ou Hermenonville , aussi à Thiézac. J'étais très admiratif de ses capacités sportives dans les airs ou sur l'eau, et de son habileté de dessinateur et de constructeur, je pense à son cayac. Il avait aussi un soucis de la finition parfaite de ce qu'il entreprenait ,et pense avoir tenté d'en prendre exemple. Autre souvenir de gosse, j'ai en mémoire la première fois que je suis monté dans une voiture : sa 4 CV sur le périphérique, il avait atteint les 100 km/h, c'était incroyable ! On passait aussi de très belles journées à Puiseux où il nous laissait tirer à la carabine au fond du jardin, là aussi inoubliable ,ainsi que les cerises noires si délicieuses. Les récits de ses exploits de garnement quand , enfant , il faisait sauter en l'air les cierges pendant la messe , où quand il attachait à des paquets avec une ficelle et bâton coincé sous un grille dégoût me font encore bien rire. Bref c' était un homme simple, bon, avec beaucoup d'humour et d'amour pour ses neveux. Sa perte signe la fin de la génération précédente, et en celà aussi elle est tragique. Je ne pourrai pas être des vôtres pour les obsèques la semaine prochaine étant en voyage et chauffeur avec des amis. On pensera bien à vous. Grosses bises . Brigitte et Bernard Claire, pourrais tu transférer à Dominique, Sophie et Pierre. Merci.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Charlotte nous a appris hier soir que ton papa a quitté ce monde ....et nous pensons très fort à toi qui l'a tellement accompagné....un papa qui vous quitte c'est un gros choc, même quand on s'y attend ..tu vas avoir un immense vide mais tellement de beaux souvenirs...nous t'embrassons très fort.....il a rejoint ceux qui étaient partis avant lui ..du moins moi , je crois que notre énergie ne se perd pas
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
C est une bien triste nouvelle, chère Dominique et on s ' associe de tout coeur à ta peine. Papy Jean ne fêtera pas ses 100 ans.
        Justine nous disait souvent combien tu étais présente à ses côtés toutes ces années et combien ça devenait difficile pour lui malgré toutes vos gentillesses.
On garde le souvenir d'un charmant vieux monsieur qui nous avait tous conquis .
Sylvain et moi vous exprimons toute notre sympathie et notre amitié
Je t'embrasse fort
        Dominique
Justine était très fière d' être chargée pour Papy Jean de la gazette familiale.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
« Nom de dieu, je n’arrive pas à croire que je n’arrive pas à crever! »
        Ces mots, prononcés par mon grand-père quand il a eu la Covid et pensait ne pas s’en sortir résument parfaitement qui il était : l'incarnation de l'autodérision.
Il ne cherchait pas à être drôle, mais sa façon de raconter les choses faisait souvent rire.
À chaque rencontre, il nous racontait souvent les mêmes histoires. Certaines pour nous inviter à la prudence, comme celle de son ami mordu au visage par son labrador.
D’autres parce qu'il les trouvait rigolotes ou mémorables, comme l’histoire du corbeau qui lui avait touché la tête pour le remercier pour le morceau de pain.
        Papi n'aimait pas se faire remarquer. Il détestait la foule et le bruit, préférant la discrétion et le calme. À table, il était souvent perdu dans ses pensées, réalisant de petites expériences avec ce qu'il trouvait dans son assiette, équilibrant des objets de manière improbable. Il avait le regard curieux et inventif d'un ingénieur, l'âme d'un scientifique un peu excentrique.
        C'était un contemplateur, un amoureux de la nature et des animaux. Il respectait tout le monde, sans jamais dire du mal de quiconque sauf peut-être des notaires et des chauffeurs de voitures rouges, qu'il qualifiait respectivement de truands et de " margoulins " !
Mon grand-père était adorable, mais pouvait aussi être très têtu et grognon. Sa détermination et son caractère bien trempé faisaient partie de son charme et le rendaient encore plus attachant. Pour nous, son calme, sa gentillesse et sa bonté étaient sa marque de fabrication. Tous ceux qui l'ont connu partagent cette même impression de sérénité et de bienveillance. Si nous le pleurons aujourd'hui, c'est parce qu'il nous a profondément marqués par sa douceur et sa sagesse.
Mon grand-père disait souvent qu'il ne voyait aucun intérêt à devenir centenaire et qu'il ne voulait pas fêter ses 100 ans. Fidèle à lui-même, il est parti à 99 ans et 6 mois, en cohérence avec ses convictions jusqu'à la fin.
Une page est en train de tourner, mais je suis heureuse d’avoir pu partager ces dernières années avec mon grand-père, le seul qui me restait.
Je suis particulièrement reconnaissante qu’il ait pu connaître mon fils Matteo, qu’il appelait chaleureusement « petit cheveux noirs » car il n’a jamais vraiment retenu son prénom.
Il faut aussi dire que notre famille brésilienne l’a en quelque sorte adopté comme un membre à part entière et ressent son départ tout autant que nous. Les souvenirs des moments passés au Brésil ont certainement contribué à sa longévité, puisqu’il y a passé tous les hivers pendant 20 ans, et y a été reçu avec beaucoup d’affection. Ces moments partagés là-bas étaient précieux et lui ont apporté beaucoup de joie et de sérénité.
Aujourd'hui, nous célébrons la vie d'un homme extraordinaire. Un homme qui, par son humour, sa discrétion et sa sagesse, a laissé une empreinte indélébile dans nos cœurs. Cher papi, tu nous as appris à voir le monde sous un jour différent. Tes histoires, et tes leçons de vie continueront de résonner en nous.
Ce matin, j’ai demandé à ma mère comment je devais m’habiller pour cette journée, car au Brésil on porte du noir pour les funérailles. Elle m’a répondu : « En France, c’est pareil. » Eh bien, j’ai décidé qu'aujourd'hui je mettrai du noir pour symboliser la tristesse, du blanc pour la tranquillité, la paix, le calme, car c’est la couleur qui représente le mieux papi, et du rose pour l’amour et la gratitude, car ce sont des sentiments que nous ressentons tous pour lui.
Enfin, comme tous les proches de papi, je voudrais remercier tout particulièrement Dominique pour son dévouement incessant. Merci pour tout ce que tu as fait pour lui durant toutes ces années.
Repose en paix mon petit Papi. Nous t'aimerons toujours et chérirons chaque souvenir partagé avec toi.
Cynthia Perréard / De Oliveira
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Jean n’était pas que mon beau-père, il est aussi un ami.
Dominique m'a présenté Jean, Marie, Claire, Pierre et Sophie il y a 52 ans, depuis, nous avons partagé beaucoup choses ensemble.
Avec Jean et Marie, mais aussi avec Benjamin, nous avons voyagé au Mexique, au Belize et au Guatemala. Et c’est en sortant de la jungle guatémaltèque que nous avons frôlé la mort lors d’un grave accident de bus.
Nous avons aussi plusieurs fois voyagé ensemble au Brésil, terre de Godo, de Claire et de Cynthia et nous en avons presque fait le tour.

Lors d’un séjour dans le sud du Brésil, nous avons été invités au sítio, une petite ferme appartenant au père de Godo.
Jean et moi avons décidé d’explorer le versant peu accessible de la colline qui longeait l’autre rive du ruisseau. Nous avions bien affûté nos machettes pour avancer dans « la jungle » et nous étions prêts pour l’aventure.
À peine avions-nous franchi 200 mètres escarpés en taillant notre chemin dans la végétation très dense, qu’un long serpent noir a croisé notre route.
« Est-ce qu’on continue ? » ai-je demandé à Jean qui n’avait pas vu le serpent ?
« Non… ce n'est pas très raisonnable », a-t-il répondu.
Notre exploration s’est arrêtée là.
Courageux mais pas téméraires.

Dominique et moi avons souvent accompagné Jean qui était un grand marcheur. Il nous a aussi initiés à la voile sur le lac de Saint-Leu-d’Esserent.
Il adorait les bateaux.

Mais surtout, pendant des années, Jean et moi avons régulièrement pratiqué le tir à l'arc tant en entraînement qu’en compétition. Nous étions membres de la compagnie d’archers de Saint-Brice sous Forêt.
Nous n’étions pas des champions, mais nous tirions bien et nous prenions grand soin de notre matériel.
Jean était le sénior de la compagnie. Par tradition, tous les archers se tutoient, mais, nous qui étions de la même famille, nous étions les seuls à nous vouvoyer.
Je me souviens de l’un des comportements récurrents de Jean. Il n’était pas rare que des archers le félicitent pour certaines volées de flèches bien centrées. Avec cette espèce de modestie auto dévalorisante et amusée qui le caractérisait, Jean disait que c’était un effet du hasard et que ça n’allait pas durer. En fait, il était à la fois fier de l'intérêt qu'on lui portait mais en difficulté plus ou moins réelle face aux compliments… y compris pour complimenter en retour.
Discret, il ne voulait ni attirer l’attention ni gêner.

Pendant des années, Jean allait chercher son pain à Marly-la-Ville, dans le village voisin, (à deux pas d'ici).
Lors de ses marches boulangères, il avait sympathisé avec une corneille. Ils se reconnaissaient mutuellement et la corneille s'approchait même au plus près de Jean qui, au retour, partageait son pain avec ce copain. Jean était très fier de cette amitié et il aimait en parler.

Tout à l'heure, à quelques mètres du cimetière, j'ai entendu une conversation entre corneilles. L'une d'elles a croassé très clairement.
"Et les gars, Jean est revenu."

Jean, je vais vous laisser, je sais que vous êtes en bonne compagnie auprès de Marie et de vos amis les corneilles.

Bon voyage mon cher Jean.
Photo 823711Monsieur Jean PERRÉARD
Il y a des années, j'ai eu des moments très heureux avec lui. Vous, la famille, des milliers et des milliers de souvenirs similaires.❤️
Photo 823952Monsieur Bernard LAURENT
Nanar avait ce look particulier qui faisait de lui cet Homme si unique. Aimant et Aimé. Rocker dans l’âme et le cœur. Il laisse derrière lui de bons souvenirs. Tendre pensée à ses proches ❤️🙏
Photo 824434Madame Chrystelle WINDEL
Ma chérie d'amour
Je suis si triste à ce jour .
Nous avions passé de très bons moments ensemble inoubliable.
Tu vas me manquer.
Tu ne méritais pas de partir comme ça.
Je ne t'oublierai jamais.
Tu resteras toujours mon cœur.
Repose en paix ma chérie d'amour.
Ta petite Mimi.
Photo 823946Monsieur Didier BAILLY
C'est avec tristesse d'apprendre le décès de Didier
Quand il est arrivé a la société j'ai appris à connaître une personne gentille , serviable , courageuse
Il restera des souvenirs
Photo 823601Madame Annette MOGISSE born LAZEB
Chère Annette,
Tu vas tellement nous manquer !

Même si on ne s'appelait pas souvent ces derniers temps, tu sais que je pense souvent à toi. Nous avons vécu de si belles aventures ensemble, avec toute l'équipe Entrons dans la ronde notamment. Mais aussi dans la copro du 40 place de la République.

Tu es une femme courageuse, discrète, généreuse. Et le doux sourire que tu offrais à chacun témoignait de ta grande force face aux épreuves de la vie.

Merci, merci d'avoir assumé pendant tant d'années ton engagement et tes responsabilités dans les associations Entrons dans la ronde et le Secours Catholique ! Les dernières années, tu nous rappelais ton âge, pour que nous nous préparions à ta "retraite", il a bien fallu qu'on te laisse te reposer !

Tu ne t'es pas retrouvée seule pour autant, avec la présence affectueuse et attentionnée de tes chers petits-enfants et arrières petits-enfants, avec l'amitié de beaucoup, dont Catherine et Marc toujours très présents pour toi, et l'équipe du bureau Crépy Gaz, et tant d'autres.

Petit clin d'oeil entre nous : tu étais hyper sensible, et nous avons progressé toutes les deux, grâce à nos discussions -voire même parfois nos disputes- qui mettaient en lumières nos faiblesses, que nous avons pu commencer à surmonter chacune de son côté. Pouvoir se dire les choses sincèrement, c'est la vraie amitié. Je te remercie donc pour tous ces moments de complicité et d'amitié que nous avons partagés.

Tu es allée au bout de ton chemin sur la terre, et je, ou plutôt nous souhaitons de tout coeur que la joie du Ciel t'ait saisie dès ton dernier souffle, ton âme rejoignant celles des personnes que tu as aimées et qui t'ont précédées La-Haut.

A Dieu, chère Annette
Mardi, nous ne pourrons pas être présents près de toi, mais nous serons avec ta famille et tes amis en pensées et prières, à l'église de Saint Pierre d'Oléron, où nous allumerons une bougie pour toi, devant l'autel de Marie.

Christine et Jean-Luc
Photo 823802Madame Florence SUBRIN
A ma grande Tata,

Dont je n'oublierais jamais le rire et la joie de vivre
Tu brille desormais dans le ciel
Photo 823802Madame Florence SUBRIN
Ma chère Florence, que de cafés ensemble à papoter en fumant! D’abord avec Maurice puis toutes les deux, et même avec maman parfois. Nous avons bien rigolé. Maintenant, c’est l’heure de les rejoindre. De grosses bises. Mes pensées accompagnent Nicolas et les filles
Photo 823833Monsieur Denis VIOLI
Mon cher papa,
Je te remercie simplement pour l'enfant que j ai été hier et l homme que je suis devenu aujourd'hui. Tu as toujours su nous guider dans la vie avec force et conviction, ce qui a fait de nous une famille unie. Nous avons construit tant de choses ensemble de nos propres mains. Tu as laissé tes empreintes autour de nous, suffisamment pour que chaque jour, nous nous remémorions ces bons moments passés ensemble.
Je suis fier d'être un VIOLI avec cette force de caractère qui nous anime, ces valeurs qui nous définissent.
Et je te promets de reprendre ce rôle de chef de famille en perpétrant ces valeurs que tu nous as inculquées, si chères à toi. Je te promets que je serai le garant d une protection et d une bienveillance sans faille sur maman et ma petite sœur. Je serai toujours là pour les épauler, les guider et les aider afin qu ils ne manquent de rien.
Repose en paix papa, je t'aime de tout mon cœur.
Ton fils .

Previous tributes Next tributes